French and Italian | French Studies-Literature/Arts: Littérature et cinema
F451 | 12992 | Gray, Margaret E.


« Interpréter un texte », disait Roland Barthes dans son étude d’un
texte de Balzac,  «ce n’est pas lui donner un sens […] c’est au
contraire apprécier de quel pluriel il est fait » (S/Z, 11).  Ce cours
se propose de poursuivre une méditation sur l’interprétation : ses
possibilités, ses défis, ses limites, ses pièges. Qu’est-ce qui fonde
et justifie une interprétation légitime?  Par contre, quand est-ce
qu’une interprétation « trahit » son texte ? A partir de l’étude
d’œuvres prises dans quatre genres différents—légende, théâtre, roman,
roman court (« novella »), et conte--, nous nous pencherons surtout
sur des problèmes d’interprétation textuelle.  Puisque toute
adaptation cinématique dramatise l’acte d’interprétation, nous
testerons nos conclusions en étudiant des extraits des films inspirés
par nos œuvres.  Il y aura une variété d’exercices à l’oral et à
l’écrit, dont un exposé, une dissertation, un examen partiel («
midterm ») et un exercice de fin de semestre. Au programme :

Légende : Le roman de Tristan et Iseut, édition de Joseph Bédier (1981)
Film : « L’Eternel retour », réalisé par Jean Delannoy sur le scènario
de Jean Cocteau (1943)

Théâtre : Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand (1897)
Films :	« Roxanne », sur le scènario de Steve Martin (1987)
« Cyrano de Bergerac », Jean-Paul Rappeneau (1990)

Roman: Le récit Un amour de Swann (dans Du côté de chez Swann, 1913),
Marcel Proust
Film : « Swann in Love », Volker Schlöndorff (1984)

Roman court (« novella ») : Le Silence de la mer, Vercors (1942)
Film : « Le Silence de la mer », Jean-Pierre Melville (1947)

Conte : « La belle et la bête »  Gabrielle de Villeneuve (1740)
Film : « La Belle et la Bête », Jean Cocteau (1946)