French and Italian | Le Roman au 20e siècle II
F556 | 26293 | Gray, Margaret


Respectant les priorités d’un cours dit « survol », nous nous
lancerons—ceintures de sécurité bien attachées—dans un parcours
terrifiant à souhait avec _Combray_ de Marcel Proust, et l’angoisse
du seul souvenir qui reste au narrateur d’un passé perdu : angoisse
partagée par son héros, Swann, dans _Un Amour de Swann_ (publiés
tous les deux en 1913 dans _Du côté de chez Swann_, premier volume
d’_A la recherche du temps perdu_). Avec _La Vagabonde_ de Colette
(1910), nous étudierons la recherche d’une indépendance littéraire,
sentimentale, et financière chez une jeune actrice de music-hall.
Passant à l’époque de la Deuxième Guerre Mondiale, nous verrons que
_La Nausée_ (1938) de Jean-Paul Sartre reflète le malaise de
l’époque à travers une aliénation progressive du corps, ainsi qu’une
perte de tout point de repère chez le protagoniste. Dans _Le Mythe
de Sisyphe: essai sur l’absurde_ d’Albert Camus (1942), nous
quitterons momentanément le roman pour aborder une méditation sur
des possibilités—ou créées, ou trouvées—de signification humaine
dans un monde pervers ou menaçant. Sur le plan colonial, un tel
monde est détaillé dans _Une vie de boy_ de Ferdinand Oyono, publié
en 1956 avant l’indépendance du Cameroun : roman qui documente la
désillusion d’un jeune domestique devant les abus des blancs qu’il
vénérait. Quelques extraits du film « Chocolat » de Claire Denis
viendront appuyer le contexte colonial du roman.

Traversant l’Atlantique au Québec d’ Anne Hébert, romancière et
poète, nous verrons que c’est l’héritage français colonial, avec son
catholicisme étouffant, qui déclenche la révolte de l’héroïne dans
le roman _Kamouraska_ (1971) : texte qui recèle dans son titre la
transgression mortelle commise dans le village québécois de
Kamouraska : l’ « amour. » Nous descendrons ensuite aux Antilles du
roman guadeloupéen _Traversée de la Mangrove_ (1985) de Maryse
Condé, où, à travers le trauma de l’Histoire vécue à l’échelle
personnelle, divers personnages tentent de se créer des identités
métisses spécifiques. De retour en Europe, nous nous trouverons en
Belgique avec Jacqueline Harpman, dont le roman _Orlanda_ (1996)—à
travers l’histoire d’une héroïne professionnelle qui jouit d’une
carrière réussie—pose d’inquiétantes questions d’identité,
d’altérité et de transformation. Nous bouclerons la boucle dans
l’Hexagone avec le roman dystopique de Marie Darrieussecq,
_Truismes_ (1996): satire virulente du pouvoir chauvin, masculin,
raciste, culturel et politique dans une France hypercontemporaine.
Et nous conclurons (essoufflés!) toujours à Paris, mais un Paris
hybride, métis—le Paris de l’immigration—avec Calixthe Beyala, qui
évoque dans _Comment Cuisiner son Mari à l’Africaine_ (2000) la
lutte entre un passé traditionaliste et un présent rempli de fausses
solutions. A travers ces lectures différentes, nous serons attentifs
aux stratégies formelles de nos textes; à l’évolution du genre et du
discours romanesque; et aux capacités critiques de romanciers
interlocuteurs de leurs contextes socioculturels.